chez Heini
dessin et photo
après les vagues
Du noir de la mine de plomb jaillissent ces masses, comme sorties du néant ou du chaos, lourdes, violentes ou au contraire flottantes presque en apesanteur Je travaille ici autant au crayon qu’à la gomme, j’essuie, je frotte, je caresse le papier la gomme patine le noir, lui donne une matière et des reflets plus ou moins soyeux, c’est par elle que la lumière apparaît, elle nourrit le dessin en l’enrichissant d’une vie antérieure, le repentir est de mise D’où viennent donc ces formes étranges qui gravitent autour de moi depuis longtemps ? comme une confrontation à nos origines, à la matière, aux éléments qui rassurent et qui font peur Des pierres, des rochers, des nids, des cocons, des coquillages, des cellules, des planètes… je ne sais plus vraiment
voyages lointains
voyages lointains
actualité biographie livre d'artiste dessin contact estampe photoflorence barbéris